© Emmanuel Berthier

Top 10 des phares bretons à voir absolument

Les phares bretons, c’est une histoire en 50 épisodes. Région avec le plus de phares, il est parfois difficile de s’y retrouver. Certains sont situés en pleine mer, certains se visitent, et d’autres sont même transformés en logement insolite. Aujourd’hui, nous vous aidons à faire le tri avec notre sélection de 10 phares bretons à voir absolument. Uniquement sur la terre ferme, vous pourrez les voir de près et parfois y gravir les escaliers !

1 – Le phare de l’île Vierge : le plus haut d’Europe

On commence en prenant de la hauteur ! Situé dans le département du Finistère à Plouguerneau, le phare de l’Île Vierge est le plus haut d’Europe. Il mesure 82,5 mètres. À cette hauteur, profitez d’une vue grandiose sur le pays des Abers. 397 marches sont nécessaires pour arriver au sommet. D’ailleurs, l’escalier du phare de l’Île Vierge est le sujet de très nombreuses photographies. Ses murs d’opaline et sa forme en spirale donnent un résultat quelque peu artistique.

Pour accéder au phare, il faut tout d’abord accéder à la petite île. Deux options se présentent à vous. Pendant les grandes marées, vous pouvez vous y rendre à pied. La plupart du temps, l’île et son phare sont accessibles par une navette : les vedettes des Abers. Le phare se visite de mars à octobre.

Et pour une expérience encore plus mémorable, vous pouvez tester une nuit dans la maison des gardiens de phares. En effet, le bâtiment a été rénové et transformé en gîte. L’occasion d’être insulaire le temps d’un ou deux jours !

2 – Le phare du Créac’h : une portée lumineuse de 60km

Un autre des phares mythiques de Bretagne, le phare du Créac’h ; “créac’h” qui signifie d’ailleurs “promontoire” en breton. Situé sur l’Île d’Ouessant dans le Finistère et reconnaissante avec ses grandes bandes noires et blanches, le phare a été classé Monument Historique en 2011. C’est le phare le plus puissant d’Europe : sa portée est de 59,26 kilomètres !

Le phare du Créac’h en lui-même ne se visite pas. Cependant, le bâtiment à ses pieds vous ouvre ses portes tout au long de l’année. Ce qui était anciennement la salle des machines est aujourd’hui un musée. Le Musée des Phares et Balises abrite plus de 800 objets pour vous éclairer, sans mauvais jeu de mot, sur le fonctionnement des phares et la vie des gardiens à l’époque. Il s’y trouve parmi les plus belles lentilles de Fresnel !

3 – Le phare des Poulains : joyau de Belle-Île

On vous parle ensuite du phare des Poulains. Maison-phare, c’est par son architecture inhabituelle que le phare des Poulains se démarque et vaut le détour. D’une blancheur éclatante, il trône fièrement et on ne voit que lui. Il se situe sur la Pointe des Poulains sur l’île de Belle-Île-en-Mer dans le Morbihan. Il est allumé la première fois en 1868, et aujourd’hui, il fonctionne uniquement grâce à l’énergie solaire.

Le phare des Poulains peut être visité puisqu’il accueille une exposition permanente sur la gestion des espaces naturels. La Pointe des Poulains, écrin de nature sauvage, est un incontournable de Belle-Île. Photographier le phare fait presque partie du rite de passage.

Venir admirer le phare des Poulains nécessite un petit tour de bateau. Belle-Île est desservie tout au long de l’année depuis Quiberon, et d’avril à octobre au départ de Vannes, Le Croisic, la Turballe.

4 – Phare de Saint-Mathieu : des siècles d’histoire

Ensuite, rendez-vous une nouvelle fois dans le Finistère, plus exactement Plougonvelin pour découvrir le phare de Saint-Mathieu. Situé sur la pointe du même nom, c’est un des phares bretons classé aux Monuments Historiques depuis 2011. En effet, si le phare actuel a été inauguré en 1835, des moines auraient guidé les marins dès le Moyen-Âge. D’ailleurs, juste à côté du phare se trouvent les ruines d’une abbaye.

Tout au long de l’année, le phare de Saint-Mathieu se visite. Après 37 mètres et 163 marches, vous aurez la chance de contempler le panorama qui s’offre à vous. Le tout agrémenté de l’histoire et d’anecdotes sur le lieu.

5 – Le phare de Ploumanac’h : Le Mean Ruz

Cinquième de ce top 10 des phares bretons, on passe au phare de Ploumanac’h. Il se trouve à l’entrée de la passe menant au port du même nom. Il est également appelé le phare de Mean Ruz, qui signifie en breton “pierre rouge”. Cela est une référence directe au granit rose utilisé pour construire le bâtiment. Édifié une première fois en 1860 puis détruit pendant la Seconde Guerre Mondiale, le phare actuel date de 1947.

Le phare de Mean Ruz se situe sur la commune de Perros-Guirec dans les Côtes-d’Armor. La ville est une station balnéaire prisée à la belle saison. Le Mean Ruz est devenu un emblème et symbole de la côte de Granit Rose. L’observer au coucher de soleil promet des couleurs magnifiques. Il est accessible via le GR34.

6 – Le phare du Petit Minou : le plus photogénique

En voilà un drôle de nom ! Le phare du Petit Minou, à l’image de son nom, est un condensé de mignonnerie. Le phare se situe à l’entrée de la rade de Brest, sur la commune de Plouzané. Il est accessible par un chemin de pierre en zig-zag. Et c’est justement cette particularité qui rend l’endroit si photogénique ! D’autant plus que le phare est souvent baigné par les derniers rayons du soleil qui donnent une atmosphère rosée.

Le phare du Petit Minou ouvre ses portes au public uniquement à la belle saison. Bien qu’il ne soit pas le plus haut des phares avec ses 26 mètres, en haut, vous aurez tout de même une superbe vue !

7 – Le phare d’Eckmühl, surnommé “la Marquise”

À la pointe de Penmarc’h dans le Finistère se trouve le fameux phare d’Eckmühl. Inauguré en 1897, il est également connu sous le nom de phare de la Marquise. Pour cause, il doit sa construction à une certaine Louise Adélaïde Davout Marquise de Blocqueville qui l’a en très grande partie financée.

Le phare d’Eckmühl mesure 65 mètres et offre une vue imprenable sur les alentours. En plus d’ouvrir ses portes au public tout au long de l’année, le phare a un petit plus. Pendant la saison estivale, des visites nocturnes sont proposées ! Une occasion de découvrir le phare en conditions réelles de fonctionnement.

Fun fact : Phare d’Eckmühl, c’est également une marque de poissons en conserves biologiques !

8 – Le phare du Cap Fréhel

On continue avec le phare du Cap Fréhel dans les Côtes-d’Armor. Situé à Plévenon, c’est un des phares bretons les plus puissants de France avec une portée lumineuse de 53 kilomètres, tout de même moins que le phare du Créac’h. Il a une véritable histoire puisque le phare actuel succède à deux bâtiments plus anciens.

Le phare du Cap Fréhel est incomparable. Il se démarque de l’image habituelle qu’on se fait des phares. Ce n’est pas une simple tour mais un véritable bâtiment en U au milieu duquel s’élève une tour de 32 mètres de haut. De plus, le phare offre un point de vue imprenable : rade de Saint-Malo, Fort La Latte…Il est aussi impressionnant de l’extérieur que de l’intérieur.

Il est possible de visiter l’intérieur du phare du Cap Fréhel d’avril à fin octobre, l’entrée est payante mais très abordable.

9 – Le phare de Bodic : une forme à la fois étrange et unique

Ensuite, le phare de Bodic se situe sur la commune de Lézardieux une nouvelle fois dans les Côtes-d’Armor. Il est situé en plein champ, le long de l’estuaire du Trieux. Il a été construit une première fois en 1867 puis en 1947, qui est l’édifice actuel. Ses 23 mètres donnent à sa lanterne une hauteur de presque 50 mètres au-dessus de la mer.

Là encore, le phare de Bodic fait partie de ce top 10 de par sa forme, on ne peut plus particulière. La tour cylindrique semble encadrée par des murs, le tout lui donnant l’apparence d’une flèche ou d’une sorte de fusée.  Il ne se visite pas, mais admirer son architecture et le photographier vaut le coup lors d’une balade dans les environs.

10 – Les phares du port de Doëlan : le rouge et le vert

On termine avec non pas un, mais deux phares ! Dans le petit port de Doëlan à Clohars-Carnoët dans le Finistère, deux phares guident l’entrée de celui-ci. Sur la rive droite, le phare amont, rouge et blanc, appelé Tour-Tan Mont Sera. En face, sur la rive gauche, le phare aval vert et blanc, appelé Tour Tan Cayenne. Ils mesurent chacun une quinzaine de mètres

Bien que ces deux phares ne se visitent pas, nous tenions à les inclure dans ce top 10. Ils font du port de Doëlan un vrai paysage de carte postale ! Paisible et coloré, c’est un endroit typique de la Bretagne.

La carte des 10 plus beaux phares bretons

Alors, quel est votre phare préféré ? Coloré ou en pierre brute, très classique ou en forme de maison, le plus haut ou le plus lumineux : nous avons sélectionné 10 phares bretons très différents pour illustrer la diversité que la Bretagne a à offrir. Bien sûr, tant d’autres phares valent le coup et chacun a ses petites préférences. Après les phares, pourquoi ne pas faire le tour des côtes bretonnes ?

À propos de Claire Desrues

Originaire de St-Brieuc, je suis très attachée à la région Bretagne ! C'est pourquoi je suis aujourd'hui la social media manager de Port d'Attache. Enthousiaste et passionnée, je suis bien décidée à mettre du vent dans les voiles et garder le cap pour montrer les richesses de notre belle région !⛵️