© GOUNIOT Marie-Julie

Toutes nos idées pour découvrir Le Guilvinec

Nous voilà de nouveau partis en vadrouille, avec pour objectif celui de mettre en lumière un autre paradis breton. Cette fois, on vous emmène découvrir Le Guilvinec. Sans chichis ni fioritures, ce petit port marque par son authenticité. L’air de rien et sans bruit, il fait la fierté du Pays Bigouden, on vous raconte ?

Plein phare sur le 1er port artisanal de pêche français

On ne va pas vous mentir, Le Guilvinec n’est pas la première destination qui ressort quand on est à la recherche d’un endroit branché pour passer des vacances. Et c’est d’ailleurs exactement pour ça qu’il mérite qu’on s’y attarde. Alors que certaines stations balnéaires bretonnes sont prises d’assaut par des milliers de touristes l’été, le port du Guilvinec lui, s’anime tranquillement. Ne vous méprenez pas, cela ne fait pas de lui une destination plan-plan. Bien au contraire ! Situé dans le sud du Finistère, il est le 1er port artisanal de pêche français.

L’attraction principale de la ville, et celle qui a fait sa renommée, c’est donc la pêche. Mais attention, pas la pêche dont on ne voit rien. Non au contraire, celle dont on sait tout ! La ville entière est tournée vers cette activité. Les bâtiments en portent les stigmates et cette authenticité conservée frappe souvent ceux qui viennent découvrir Le Guilvinec. La ville, dont l’économie est basée sur la pêche, a su en faire une attraction qui déplace les curieux. C’est cependant loin d’être son seul atout puisqu’elle propose également une multitude d’activités sportives et forcément des gourmandises d’une fraîcheur difficilement contestable !

Nos idées pour découvrir Le Guilvinec ?

Par quelles activités se laisser tenter quand on est curieux ?

La ville a donc ses stars qui déplacent les foules. Une attraction particulière certes, mais qui suffit pour que l’on fasse le déplacement des 4 coins de la France et même de l’étranger. Tous les jours de la semaine à partir de 16 heures, des centaines de curieux montent sur la terrasse panoramique de la cité de la pêche et scrutent l’horizon. En effet, le spectacle vient du large. En un rien de temps, apparaissent des dizaines de chalutiers. Partis tôt le matin quand la ville dormait encore à poings fermés, ils rentrent les uns derrière les autres, chacun auréolés d’un nuage de goélands. Un moment poignant souvent immortalisé qui est devenu l’emblème de la ville.

Depuis la terrasse panoramique, les curieux voient tout. Sous leurs yeux, les marins déchargent la pêche du jour et sortent de leurs cales des tonnes de poissons en tout genre. Aussitôt déchargée, les employés du port poussent la pêche journalière directement dans la criée, sous l’œil bienveillant et aguerri d’anciens marins-pêcheurs définitivement toujours fidèles au poste. Il est d’ailleurs possible de passer les portes de la criée et de suivre en direct la vente de poissons partout en France et dans le monde. Lors d’une visite guidée, on vous explique comment se déroulent les transactions commerciales et les variations du cours du poisson. C’est également l’occasion de découvrir d’autres métiers souvent méconnus ou encore le cheminement du poisson depuis sa pêche au Guilvinec, jusqu’à votre assiette.

Que faire au Guilvinec lorsqu’on est sportif ?

Le port et son agitation quotidienne ne sont pas les seules raisons de découvrir le Guilvinec. En effet, les activités sportives et familiales ne manquent pas. Le centre nautique de la ville propose des cours et des locations de kayaks, paddles, planches à voile et autres catamarans. Amis surfeurs, vous n’êtes pas en reste ! Effectivement, le bien connu spot de la pointe de la Torche se trouve à seulement 10 kilomètres de la ville.

Pour ceux qui aiment garder les pieds sur terre, Le Guilvinec est le parfait endroit pour enfourcher son vélo. Une balade entièrement sécurisée et sans l’ombre d’une difficulté vous conduit jusqu’au phare d’Eckmühl. Un petit effort supplémentaire vous est demandé pour gravir les 307 marches que compte ce géant. Cela dit, le jeu en vaut la chandelle car à 65 mètres de hauteur la vue est tout simplement à couper le souffle (si tant est qu’il vous en reste encore !). Cette promenade n’est évidemment pas la seule possible, cette partie du littoral breton étant relativement plate, vous allez pouvoir vous en donner à cœur joie !

Enfin, nos amis marcheurs peuvent également se laisser porter par leurs pas et découvrir Le Guilvinec. Plusieurs sentiers balisés sillonnent la ville alliant marche et culture. Envie d’aller plus loin ? Pour se faire, vous pouvez également suivre le GR 34 et longer le littoral sans jamais en perdre une miette !

Quelles douceurs bretonnes découvrir quand on est gourmand ?

Vous devez bien vous doutez qu’en plein cœur du pays bigouden (gourmand à souhait) et dans une ville où la pêche est reine, les gourmets ont toute leur place. Alors évidemment, comment ne pas faire un passage à la poissonnerie du Guil’, comme on l’appelle affectueusement. Elle se situe dans le même bâtiment que la criée, autant vous dire qu’au niveau de la fraîcheur, il est difficile de faire mieux ! Ces produits de la mer, on les retrouve sublimés dans les quelques restaurants de la ville. Les gourmands venus découvrir Le Guilvinec ont donc le choix entre établissements gastronomiques et les traditionnelles crêperies qu’on aime tant. A ce sujet, il y a là bas une variante à la crêpe classique. Il s’agit du kouign bigouden qui n’est autre qu’un pancake. A ne pas confondre avec l’indétrônable Kouign-Amman, beaucoup moins aérien celui-ci vous en conviendrez !

Si on résume, on a tous une bonne raison de découvrir Le Guilvinec. Que ce soit pour comprendre les curiosités des métiers de la pêche, goûter à l’excellence de ses produits ou s’oxygéner en bord de mer, les occasions sont multiples pour venir s’aventurer en Finistère Sud.

À propos de Emilie

Produit 100% Charentais passionnée de sport et de nature. J'ai découvert la Bretagne... a contre cœur, (les préjugés ont la peau dure !) et j'en suis repartie en pleurant ! Depuis cette incroyable découverte, il m'est vitale de m'y échapper plusieurs fois par an avec mon vélo. Encore une preuve que tout peut arriver sur un malentendu !