J’ai testé l’aviron en baie de Morlaix

Débarquant de Belgique et après m’être installé dans la jolie ville de Morlaix, j’ai eu envie de me mettre aux sports marins. Faisant le tour des clubs aux alentours, j’ai découvert le club d’aviron en baie de Morlaix. Ni une, ni deux, je saute sur mon ordi et réserve une place pour un essai.

Dimanche 9H, rendez-vous à Térénez pour mon premier cours d’aviron en baie de Morlaix

Après un petit-dej bien copieux, je me suis dirigé vers le petit port de Térénez, point de départ du club d’aviron en baie de Morlaix. Après avoir attendu tout le monde sur le parking, on sélectionne les embarcations et on les descend au port. S’en suit la mise en place du matériel pour les barques.

Comme c’est ma première fois, je suis en duo avec l’un des membres qui est diplômé pour former les nouveaux venus. On va donc chercher les sièges, les rames et les gilets de sauvetages pour équiper notre aviron bi-place. Après les explications de sécurité, des termes techniques de base et de notre programme, on se dirige pour mettre le bateau à l’eau.

On se mouille dans le port avant d’aller en mer

L’aviron c’est un sport intense qui vous fait travailler à peu près tout le corps. Passé l’inconfort d’être dos à la pointe de l’aviron, je commence à me débattre avec mes rames. Mon moniteur m’explique comment faire pour ramer, l’air de rien, il y a de la technique. Pour commencer, nous restons dans le port de Térénez : avant d’aller prendre des vagues, il faut déjà être confortable sur de l’eau plate. Je rame donc seul pour le début et ensuite, à deux, pour tenter de me faire au rythme d’un autre rameur.

Une fois cette étape brillamment validée, et sûr de pouvoir suivre, nous voilà parti vers le large. Contrairement aux autres sports nautiques, on navigue contre le vent, de cette manière, lors du retour, le vent nous poussera vers la côte. Après avoir tourné un peu aux alentours, on fonce vers les vagues sur lesquelles nous surfons quand j’arrive à accorder mon rythme sur celui de mon formateur. Après 1h30 de rame, direction le port pour ressortir le bateau, le rincer à l’eau clair, rapporter l’équipement et discuter un peu avec les autres membres en partageant une tasse de thé.

Comme je le disais plus tôt, c’est un sport complet et après avoir ramé aussi longtemps, votre batterie d’énergie est plutôt à zéro. Mais l’expérience en valait le coup. L’un des avantages par rapport aux sports nautiques c’est que l’aviron permet de faire une pause et d’observer les alentours surtout si vous faites de l’aviron en baie de Morlaix où vous avez l’occasion d’aller voguer le long des plages de Carantec ou encore autour du Château du Taureau. C’est donc fatigué physiquement mais riche d’une nouvelle expérience que je suis rentré le midi pour me jeter sur mon repas et filer à la sieste avant ma prochaine aventure, qui se fera surement sur un surf.

À propos de Yannick

Expatrié en Belgique depuis sa naissance. Il se forge un attrait pour la Bretagne lors de ses étés à manger crêpe sur crêpe chez son arrière-grand-mère à Carhaix. Curieux de tout, il n’est pas le dernier pour s'essayer à de nouvelles expériences : des sports, des voyages, de la musique et les bières bretonnes qui fleurissent un peu partout.
Penn ar Box

Envie de gagner une Penn ar Box ?

Abonne-toi à la newsletter Port d'Attache pour tenter ta chance au tirage au sort mensuel !