Logo Port d'Attache Le magazine qui vous donne une autre idée de la Bretagne

Le magazine qui vous donne une autre idée de la Bretagne

  • Rechercher
  • Menu

Après avoir été soignés, les jeunes phoques d’Océanopolis sont relâchés !

© Marnie
Écrit par
07 Apr. 18

A l’arrivée du printemps, le Centre de Soins d’Océanopolis relâche 4 jeunes phoques parmi ceux qu’il a recueillis cette année avant l’hiver, quand ils s’échouent sur les plages. Nous avons pu assister à la remise en liberté de ces jeunes phoques d’Océanopolis avec Evan de Bretagne ! C’est parti !

Chaque année, Océanopolis recueille des jeunes phoques

Depuis 1989, le Centre de Soins d’Océanopolis a recueilli plus de 620 jeunes phoques. Parfois, ils se perdent et arrivent sur nos plages ou sont abandonnés par leur mère. En effet, comme la femelle phoque met bas sur les terres, souvent les plages, il arrive que des vacanciers les dérangent sur leur zone de repos… Cela peut entraîner l’abandon du petit, qui n’a pas vécu pleinement sa période de sevrage. Mais, grâce à Océanopolis, ces jeunes phoques vont reprendre du poil de la bête.

Association de bienfaiteurs

Océanopolis s’est associé, en 2016, à d’autres entités de Bretagne pour parvenir à prendre soin de ces jeunes phoques : Bretagne Vivante, le Groupe Mammalogique Breton et la Ligue pour la Protection des Oiseaux. C’est devenu le centre de soins et de conservation de la faune aquatique de Bretagne qui, désormais, peut bénéficier de subventions. En effet, il faut pouvoir couvrir les frais qui s’élèvent à 50 000 euros par an, mine de rien ! A eux quatre, ils permettent au centre de perdurer et à de nombreux jeunes phoques d’être sauvés d’une mort certaine (dans la très grande majorité des cas).

Nourris, logés, blanchis

Grossièrement, c’est un peu ça. Pendant les quelques mois d’hiver, les jeunes phoques d’Océanopolis vont être engraissés et parvenir à l’âge d’autonomie. Avant d’être relâchés, ils doivent atteindre entre 40 et 45 kilos. Pour ça, ils sont nourris avec des poissons surgelés (pour des raisons sanitaires). Mais parfois, quand un jeune phoque ne se nourrit pas bien, du poisson vivant lui est jeté, et la plupart du temps, ça va mieux. Comme quoi, l’esprit de prédateur ne s’efface pas toujours, et l’animal ne s’habitue pas à l’intervention humaine.

Leur présence est temporaire

Pas le temps de s’attacher à ces frimousses à croquer (et qui croquent) ! En effet, les jeunes phoques qui sont recueillis ne restent généralement que durant l’hiver, car ils sont relâchés au début du printemps. Cependant, le centre continue de s’intéresser à ses pensionnaires pendant environ un an après les avoir relâchés. Des numéros sont inscrits sur les pelages des jeunes phoques d’Océanopolis à la manière d’une décoloration capillaire. Ainsi, pendant environ un an, jusqu’à la prochaine mue de l’animal, celui-ci est traçable grâce à son numéro d’identité.

Remise en liberté à Lampaul-Plouarzel

Aujourd’hui, la remise en liberté a eu lieu à Lampaul-Plouarzel, sur la côte nord du Finistère (côte des Légendes) en raison des nombreuses colonies de phoques gris présents aux alentours. Sami Hassani, responsable du Centre de Soins et de Conservation Aquatique de Bretagne nous a confié que selon les espèces, la remise en liberté ne s’effectue pas au même endroit. En effet, si ces phoques étaient de l’espèce veau marin, alors, ils auraient été relâchés en baie du Mont Saint-Michel, puisqu’une colonie s’y trouve à proximité. Le but ultime est quand même de faire en sorte que le jeune phoque puisse retrouver une colonie et se réhabituer à la vie sauvage entouré de congénères.

Les 4 jeunes phoques d’Océanopolis remis en liberté ce jour étaient deux mâles et deux femelles. Entourés de deux classes de CM1 brestoises, nous avons assisté au relâcher de ces quatres phoques. C’est assez impressionnant de voir comment le phoque se sent une fois qu’il sort de la caisse de transport. On peut apercevoir dans ses yeux une lueur indescriptible, entre la peur et la surprise. L’un d’entre eux, d’ailleurs, une fois sur le sable, a fait marche arrière ! Direction la caisse ! Désolée petit bout, mais il faut partir maintenant…

Expérience incroyable

Le relâcher de ces jeunes phoques d’Océanopolis est une expérience incroyable, et ce n’est pas Evan de Bretagne qui vous dira le contraire. Retrouvez-le dans sa vidéo à ce sujet !  A titre personnel, je tiens, au nom de Port d’Attache, à remercier particulièrement tous les acteurs qui m’ont permis d’assister à cette expérience : Agnès Morvan du service communication d’Océanopolis et Sami Hassani, Responsable du Centre de Soins. Mais également Evan de Bretagne qui a su penser à Port d’Attache pour couvrir la remise en liberté de ces jeunes phoques.

Si un jour vous avez l’occasion de voir cela, ne le refusez pas, car on ne voit pas ça tous les jours !

Marnie

Marnie mange le beurre au couteau et en dépit des années passées loin de la France, cette fille de marin est restée très attachée à son Finistère. Un peu chauvine sur les bords, elle aime l'idée de montrer sa région sous un angle différent et elle se base sur une philosophie : nul besoin d'ouvrir les yeux pour voir le monde autrement, il suffit d'ouvrir son esprit.

Partager sur Facebook

Le meilleur de la Culture bretonne