Logo Port d'Attache Le magazine qui vous donne une autre idée de la Bretagne

Le magazine qui vous donne une autre idée de la Bretagne

  • Rechercher
  • Menu

5 innovations écologiques bretonnes qui vont changer le monde

Écrit par
09 Jan. 18

Nous avons tous à cœur de protéger notre planète, ses mers, ses forêts et ses animaux. C’est une volonté commune que de croire en la bienveillance de l’être humain et d’œuvrer pour, justement, améliorer la vie sur Terre. La région Bretagne n’est pas en reste sur ce plan là. Chaque année, des dizaines d’initiatives voient le jour, dont notamment les cinq de la liste qui suit. Elles ont été sélectionnées parmi un très grand nombre d’innovations écologiques bretonnes !

1 – MéGo! : tri des mégots et recyclage (Bourg Blanc, Finistère)

Saviez-vous que 8 millions de mégots sont jetés chaque minute dans le monde et que plus de deux tiers d’entre eux se retrouvent dans la nature ? Que ce soit dans l’eau ou le sol, le mégot met près de quinze ans à se détruire. En effet, la cellulose contenue dans le filtre est très difficile à éliminer. De plus, le filtre dépose dans son environnement les différentes toxines présentes dans la cigarette elle-même : nicotine, goudron,…

C’est là qu’intervient MéGo!, créé par Bastien Lucas, service de l’entreprise Eco Action Plus, qui s’occupe de ramasser les mégots, de les trier et de les recycler.

Ils proposent des offres accessibles aux particuliers comme aux entreprises. En y souscrivant, vous recevez un kit complet qui vous permet de collecter les mégots de cigarettes de manière éco-responsable, tout en réduisant votre impact environnemental. En plus, les mégots qui sont récoltés sont transformés en matières plastiques servant à fabriquer du mobilier urbain, comme des bancs publics, notamment.

2 – Algo® : peinture naturellement non polluante (Vern-sur-Seiche, Ille-et-Vilaine)

A l’heure des nouvelles réglementations thermiques et écologiques dans le domaine de la construction (RT 2012 ou 2020, bâtiments à énergie positive, à Haute Perfomance Energétique…), la société Algo Paint® a eu l’idée géniale de créer une peinture provenant de la biomasse naturellement présente sur nos littoraux : les algues bretonnes. C’est aussi étonnant qu’innovant. Cette conception de la peinture a de gros avantages :

  • l’amélioration de la qualité de l’air intérieur (classe A+) en supprimant les nombreuses substances nocives contenues dans les autres peintures ;
  • un meilleur respect de l’environnement, car la culture de l’algue ne nécessite ni engrais, ni pesticide, ni eau douce et n’altère en rien les sols sur lesquels elle vit ;
  • une utilisation de la productivité exclusivement locale, cela crée alors des filières à circuit court et développe l’économie bretonne ;
  • et enfin, la création d’un produit de qualité supérieure, à haute perméabilité et forte résistance.

Algo Paint® permet surtout à l’algue marine, jusqu’alors considérée comme un déchet, d’être utilisée. C’est de la valorisation de produit. Notons également que l’entreprise produit un emballage à partir de matières premières recyclées, ce qui fait d’Algo Paint® une peinture bonne pour l’environnement tant pour le produit que le pot qui la contient.

3 – Streetnaer : scooter électrique (Plestin les Grèves, Côtes d’Armor)

Quand tout le monde raffole du segway, mais que personne ne sait réellement en faire sans tomber à la renverse au bout de l’allée, découvrez Streetnaer ! Ce « scooter » électrique, conçu par Efflam Motors, à mi-chemin entre la trottinette, le scooter et le vélo, est une des nombreuses innovations écologiques bretonnes. Avec une vitesse de pointe de 45 km/h, ce n’est pas à son bord que vous rejoindrez Brest depuis Rennes en 3 heures. En revanche, vous pourriez très bien aller vous balader ou faire quelques courses. L’avantage de ce véhicule c’est qu’il n’émet aucune dose de CO2, qu’il est silencieux et bien sûr, 100% électrique. Cela n’influe en rien sur sa capacité, car en septembre 2015, le Streetnaer a effectué un tour de Bretagne de près de 1000 km en 11 jours ! Bel exploit, non ? De plus, voué à être mis en service pour la randonnée touristique, ses 25 km/h de moyenne et ses 130 km d’autonomie vous permettront bien largement de visiter un bout de Bretagne, en pleine immersion dans le paysage. Et ce, sans nuire à l’environnement !

Il est cependant nécessaire de préciser que cet objet coûtera près de 6000 euros, le prix moyen des scooters électriques et écologiques. Il faut savoir investir et s’investir, si l’on veut réussir.

4 – FarmBox : la ferme urbaine (Rennes, Ille-et-Vilaine)

On connaissait les containers recyclés en logements étudiants au Danemark, ou en maisons géniales en Allemagne, et même en France. Désormais, découvrez les containers transformés en ferme urbaine ! A Rennes, ce projet a vu le jour grâce à Fabien Persico, et il s’appelle FarmBox. Le concept est novateur : faire pousser des plantes dans des containers en plein centre ville pour assurer la fraîcheur aux consommateurs ! En effet, les produits délivrés aux clients ont été cueillis pas plus d’une heure avant. Évidemment, tout est bio, sans aucun pesticide ou engrais chimiques. Aussi, il n’y a aucun déchet, aucun gaspillage et aucune émission de CO2 grâce à la livraison effectuée à vélo électrique.

Ce sont essentiellement des herbes aromatiques, classiques ou originales, et des salades qui sont cultivées pour le moment. Mais le concept ne demande qu’à s’étendre à d’autres variétés de cultures.

5 – RID Solution : valorisation des biomasses (Lizio, Morbihan)

Le marc de café est un des déchets que les jardiniers connaissent bien, notamment pour son utilisation à titre d’engrais naturel. Mais saviez-vous que le marc était aussi au cœur d’une des innovations écologiques bretonnes les plus performantes ? En effet, l’entreprise d’Éric Frossard, RID Solution, après de nombreuses recherches et expérimentations, a élaboré un processus qui vise à transformer ce déchet en bûches densifiées, granulés ou engrais (sans additif ni liant), utilisables pour les poêles, inserts ou même chaudières. Mais, l’entreprise ne s’arrête pas là.

Elle propose aussi de transformer les écorces, et expérimente même le processus avec d’autres biomasses considérées à tort comme des déchets (coques de céréales, poudres de noyaux…). Cela s’appelle de la valorisation de déchets. Et ce, dans l’optique de répondre aux besoins des consommateurs (professionnels ou particuliers) et toujours dans le souci de faire marcher les circuits courts ainsi que l’économie locale.

Ces innovations écologiques bretonnes œuvrent sur le territoire, pour lui, à travers lui et grâce à lui, pour préserver notre planète. Chacun peut y mettre du sien, tout est possible dès lors qu’on y pense. Alors, quand est-ce qu’on change le monde tous ensemble ?

Marnie

Marnie mange le beurre au couteau et en dépit des années passées loin de la France, cette fille de marin est restée très attachée à son Finistère. Un peu chauvine sur les bords, elle aime l’idée de montrer sa région sous un angle différent et elle se base sur une philosophie : nul besoin d’ouvrir les yeux pour voir le monde autrement, il suffit d’ouvrir son esprit.

Partager sur Facebook

Le meilleur de l'Entreprenariat breton