Logo Port d'Attache Le magazine qui vous donne une autre idée de la Bretagne

Le média qui vous donne une autre idée de la Bretagne

  • Rechercher
  • Menu

« Les Galettes de Pont-Aven » : un film définitivement cul-te !

Écrit par
13 Mar. 17

Réalisée par Joël Séria en 1975, cette comédie à l’humour grivois met en scène un Jean-Pierre Marielle au sommet de son art sur les côtes du Finistère sud. Les Galettes de Pont-Aven, c’est comme les célèbres biscuits éponymes : croustillant et savoureux ! Une œuvre à classer parmi les grands classiques du cinéma français, à voir et à revoir… avec une bonne dose de second degré et de beurre de baratte.

Voyage dans la Bretagne des années 1970

Représentant en parapluies de la Maison Godinot à Saumur, Henri Serin a deux passions dans la vie : la peinture et les culs. Oui, vous avez bien compris : Monsieur Henri est obsédé par les fesses, lunes, postérieurs, derrières, arrières-train, croupes, derches et autres popotins de ces dames. Bref, il rêve de croquer leurs « galettes ». Au sens artistique du terme, bien sûr !

« Oh ce qu’il est beau. On dirait un Courbet. Quand je pense que ce mec en a peint des milliers et qu’on l’a poursuivi pour obscénité alors qu’il a peint la plus belle chose au monde : un cul! »

Pour échapper à son foyer morne et à sa frigide épouse, le volage VRP profite de ses déplacements professionnels pour s’autoriser quelques écarts libertins.

Un soir, un accident de voiture près de Pont-Aven le fait atterrir chez Émile (Bernard Fresson), qu’on peut qualifier de sale type. J’irais même jusqu’à dire que cet odieux personnage est carrément borderline, avec une tendance au viol conjugal. Ce dernier lui jette dans les bras Angela (Dolores Mc Donough), sa pin-up québécoise torride et givrée. Sous le charme de la belle, Henri prend alors conscience qu’il ne peut plus continuer sa vie comme avant.

Fini les parapluies, Monsieur Henri décide de s’asseoir sur sa carrière pour vivre d’amour libre et de peinture. Car derrière l’homme coupable du péché de chair se cache avant tout un grand sensible, en quête de beauté et d’absolu.

Les Galettes de Pont-Aven, la bande-annonce de l’époque

Une peinture de la société

On peut dire que les Galettes de Pont-Aven est un film qui ne laisse pas indifférent. Le pire et le meilleur se côtoient dans ce tableau cru d’une province rurale. À commencer par une vision des femmes au ras de la culotte, servie par des dialogues à la limite de la vulgarité (mais limite seulement!) et un petit côté WTF déroutant. Mais il faut évidemment replacer l’œuvre dans le contexte de son époque.

Désuète, cette Bretagne des années 1970 apparaît un tantinet caricaturale. Ses zincs et leurs piliers de bar respirent la sciure et le calva. Ses falaises venteuses raniment les chevalets et les cœurs. Que dire également de l’apparition de Dominique Lavanant dans le rôle d’une prostituée bretonne en costume traditionnel, qui ne veut surtout pas qu’on dérange sa coiffe bigoudène ? Tout simplement truculent.

Un film à la poésie et au ton libre

Joël Seria, qui fut lui-même représentant de commerce avant de passer derrière la caméra, nous livre ici une ode à la vie et à la liberté. Mieux encore, il culbute les valeurs de la bourgeoisie, faisant fi de la bienséance.

Le film connut un certain succès lors de sa sortie et fait aujourd’hui pétiller les yeux des cinéphiles avertis. Mais il faut savoir que son réalisateur a eu du mal à convaincre les producteurs de l’époque. D’ailleurs, le long métrage n’aurait peut-être jamais vu le jour sans l’appui d’un certain Jean-Paul Belmondo. Aujourd’hui, ce serait sans doute encore plus difficile (voire impossible?) de trouver des financeurs…

Dans la vidéo qui suit, Jean-Pierre Marielle parle du film juste avant sa sortie au micro de Pierre Tchernia (qui affirmait alors passer toutes ses vacances en Bretagne !) :

Bref, après avoir vu Les Galettes de Pont Aven, vous aurez sans doute envie d’aller boire des coups avec vos compères, faire des blagues salaces et brailler des chansons paillardes à pas d’heure sur les rives de l’Aven !

En tout cas, je ne peux que vous encourager à vous ruer dans la médiathèque de votre ville pour emprunter ce bijou du cinéma français ou bien à en faire l’acquisition dans le DVD store qui vous plaira.

Pont-Aven, cité des peintres et capitale de la biscuiterie bretonne

Pour Marielle, « la Bretagne est admirablement évoquée » dans ce film. Les Bretons et connaisseurs du coin reconnaîtront en effet les lieux pleins de charme de cette région, en particulier les rives de l’Aven, entre Roz Bras et Kerdruc. Un décor pittoresque, qui avait notamment attiré une myriade de peintres autour de Gauguin, dès la fin du XIXème siècle (artistes désormais regroupés sous le nom d’« École de Pont-Aven ».)

Finalement, on parle peu des vraies galettes de Pont-Aven dans l’œuvre de Séria. Permettez-moi donc de rétablir cette injustice en rendant hommage à ce biscuit doré, à la fois croustillant et fondant, qui perpétue une certaine idée de la douceur de vivre à la Bretonne.

On doit aujourd’hui ce patrimoine gastronomique à un certain Isidore Penven. Dans sa boulangerie, ce dernier fabriquait les traditionnels gâteaux bretons, épais et gorgés de beurre. Selon la légende, c’est une erreur de pesée qui lui valut un beau jour de 1890 de sortir du four un palet plus fin. Les fameuses galettes de Pont-Aven étaient nées et leur succès n’a jamais faibli depuis.

Désormais, on ne peut plus s’arrêter à Pont-Aven sans repartir avec une boîte de ces petites douceurs !

Les Biscuiteries à Pont-Aven

Magali

Lyonnaise de souche partie explorer le Grand Ouest, tombée sous le charme de la Bretagne et d’un Breton. Son élément naturel étant plutôt la montagne, a le mal de mer mais se soigne. Entre deux rêveries contemplatives, partage sa passion pour les vieilles pierres tout en servant des godets derrière le comptoir du blog Le Bar à Voyages.

Partager sur Facebook

Le meilleur de la Culture bretonne