© Phare du Petit Minou

La Coquine Saint-Jacques, le nouveau sextoy breton

Vous savez que, chez Port d’Attache, nous avons pour vocation de vous présenter notre Bretagne sous un angle différent. Et bien aujourd’hui, nous voulons être grivois et nous vous présentons la Coquine Saint-Jacques ! Nouveau sextoy pensé, créé et fabriqué en Bretagne par la jeune start-up Phare du Petit Minou, basée à Brest. Espérons que la start-up va nous éclairer la route du plaisir !

Une idée bien iodée

Phare du Petit Minou est une start-up créée par trois copains : Maëlle Bihan, Sarah Le Hir et Tanguy Hascoët. Comme vous l’aurez compris, sa première gamme de produits s’axe autour de l’érotisme, et notamment, les sextoys. C’est au cours d’un « breizhstorming » autour d’un verre que la Coquine Saint-Jacques, ce sextoy en forme de coquille du même Saint est née. Comment faire plus breton que la Coquille Saint-Jacques pour inspirer un sextoy ?

« Nous avions envie de faire quelque chose de différent. Quelque chose qui soit osé et qui puisse être réalisé en Bretagne, par des bretons, pour le monde entier. » – Sarah Le Hir

Une fabrication très locale

La Coquine Saint-Jacques est un sextoy destiné aux femmes, de par sa forme et ses caractéristiques. Pour ne pas trop entrer dans les détails et ne pas spoiler les futur•e•s acheteur•euse•s, nous pouvons simplement vous dire que la Coquine Saint-Jacques est très inspirée de la vraie coquille, avec l’audace d’être en plus vibrante et douce au toucher… Son emballage de coquille irisée complètement mignon ravira les adeptes du beau et du pratique ! Ceci dit, même si elle en est encore au stade de prototype, elle est fabriquée en matières bio-éthiques produites en Bretagne et adaptée à l’usage qui lui est réservé.

Une volonté de se libérer

Dans une société en mouvement constant, il semblait important aux trois compères de Phare du Petit Minou de rappeler que prendre du temps pour soi est un luxe qu’il ne faut plus avoir peur de s’octroyer. Une des volontés de Phare du Petit Minou, à travers la Coquine Saint-Jacques, est de libérer les êtres. De s’affranchir de tous les idéaux que la société veut nous imposer.

« Libérer son corps, c’est libérer son esprit de tous les affranchis dictés par notre société. Non, nous ne sommes pas révolutionnaires, mais nous voulons quand même apporter notre pierre à l’édifice. » – Tanguy Hascoët

Un projet porté… et supporté !

Bien que le projet de Phare du Petit Minou soit très récent, il est déjà porté par de nombreuses personnes. Par exemple, le groupe d’échange Ouvre Ton Soleil est déjà sur l’affaire ! Un projet comme la Coquine Saint-Jacques est assez farfelu pour trouver ses supports au départ, et son public à l’arrivée. Après tout, il faut sortir des sentiers battus !

« Je suis fière de faire partie du projet. Car en tant que femme, j’œuvre pour la libération sexuelle mais aussi parce que c’est une manière de dire au monde que la Bretagne est moderne. Nous sommes plus que des crêpes, du cidre et du beurre salé ! » – Maëlle Bihan

N’ayez crainte, bientôt, une campagne de crowdfunding va voir le jour et vous pourrez vous aussi aider le projet de la Coquine Saint-Jacques. Tous ensemble, montrons à Maëlle, Sarah et Tanguy qu’ils ont raison de vouloir nous libérer avec l’air iodé qu’on nous connaît bien en Bretagne ! Pour terminer sur une note un peu graveleuse (que vous pardonnerez, bien sûr), quoi de mieux qu’un coquillage de silicone pour satisfaire une moule ? Rendez-vous bientôt avec la Coquine Saint-Jacques ! D’ici là, libérez-vous !

À propos de Marnie

Marnie mange le beurre au couteau et en dépit des années passées loin de la France, cette fille de marin est restée très attachée à son Finistère. Un peu chauvine sur les bords, elle aime l'idée de montrer sa région sous un angle différent et elle se base sur une philosophie : nul besoin d'ouvrir les yeux pour voir le monde autrement, il suffit d'ouvrir son esprit.