© Tropic Drone - @jli_khm

Bretons du monde, partons surfer aux Philippines

Au milieu d’une eau chaude, claire et éclatante, il y a un cri qui rententit au pic, sur ce spot de surf de l’Océan Pacifique : « Yewwwww ! ». On l’entend tout le temps ici. Toute la journée, que ce soit à l’eau pour signaler une vague ou même au sec, sur la terre ferme, pour marquer son excitation. Aujourd’hui, nous partons surfer aux Philippines !
Voilà un mur d’eau qui arrive, on lâche tout. Les planches volent, et on plonge le plus profond possible. L’ambiance reste potache, le surf c’est beaucoup de camaraderie pour nous, ainsi que des blagues que nous seuls pouvons comprendre :

« Je viens de me faire car-jackée par la vague. Je n’ai rien su faire. »

Je suis au milieu d’une session de surf avec les copains. Il y a notamment Chris : 50% français, 50% phillippin mais 100% breton. Et c’est lui que je vous présente à travers ces lignes. Pour ce 3ème épisode de la série « Rencontres avec les Bretons du Monde », je vous entraîne sur une île très à l’est du fabuleux et magnifique archipel des Philippines :

Siargao, et qui se prononce [Chiar-Gao].

Partons surfer aux Philippines : qu’est ce qui fait que l’on tombe tous, ou presque, amoureux de cette île ?

En avant toute ! C’est avec un sac rempli de saucissons, de galettes de sarrasin et de caramels au beurre salé que j’ai débarqué ici. C’est un petit bout de terre isolé aussi vert qu’une feuille de bananier luisante et aussi vivifiant qu’une noix de coco fraîchement descendue de son perchoir.

Tout est revigorant ici. Depuis les couleurs éclatantes reflets du soleil jouant avec les vagues, en passant par la douceur des impromptues mais fines pluies d’été, jusqu’à l’étincelante eau cristalline et turquoise sur laquelle on surfe. L’eau ici figure parmi les plus claires du monde et nous, surfeurs et autres rideurs, ne pouvons que nous en délecter.

J’en fais amoureusement mon Port d’Attache, mes projets me donnent la chance de pouvoir la choisir. Ou est-ce plutôt Siargao qui m’a choisie ? C’est ce que les gens aiment dire ici :

Siargao, tu sais quand tu arrives, mais c’est elle qui décide quand tu repars.

Quelques centaines d’heures de surf plus tard, je m’aperçois ici que je passe autant de temps en mer que sur la terre ferme. Que ce soit dans l’eau pour la glisse ou sur les bangkas (pirogues locales), à naviguer pour rejoindre le spot de surf, à la recherche des plus belles vagues.

Pour mon plus grand bonheur, je n’avais jamais été autant en contact avec l’Océan, et je n’avais jamais été aussi proche de lui. Vivre sur cette île nous permet en effet de nous sentir encore plus waterman et waterwoman que nous le sommes déjà.

Vivre sur cette île, c’est aussi apprendre que les amis deviennent rapidement la famille

En effet, ne plus être considéré comme un touriste n’est pas une question de temps et encore moins de background. Ici, tout le monde se fout de ton passé, de ce que tu as accompli, d’où tu viens, pourquoi tu es là, etc. Rien de tout ça ne détermine ta place. Tous égaux, ce qui compte vraiment ce sont les choix que tu feras ici. À chaque instant, je peux poser mon crayon et nous partons surfer aux Philippines, dans le plus bel état d’esprit du monde.

Il y a quelque chose de magique, d’intense et d’enchanteur ici. Pour rebondir sur ce que les gens aiment à Siargao, et reprendre ce que j’ai commencé à vous décrire plus haut :

Siargao a une âme, elle est vivante et elle n’en fait qu’à sa tête.

Nombreux sont les voyageurs que j’ai croisé et qui ont décalé leurs billets pour prolonger leurs séjours. D’autres ne repartiront même jamais. Cette île est souvent touchée par les tempêtes tropicales et constamment guettée par les typhons, séismes et tsunamis, on y vit pourtant très paisiblement. Comme si chaque jour est le dernier : le maître mot est de profiter. Comme en Bretagne, tout le monde ici accepte que la nature :

On peut la comprendre, mais on ne peut la dompter.

Et ça, les mieux placés pour nous l’enseigner ce sont les Siargaonons. L’âme de Siargao vit en eux et l’inverse marche aussi. Ils sont chaleureux, festifs, taquins et généreux… Leur sourire ne les quittent jamais. Leur sens de l’humour les pousse à vous jouer des tours en permanence. Ils sont infiniment drôles et ils partagent.

Partons surfer aux Philippines avec Chris, breton expatrié et d’adoption

Puis, il y a ce Siargaonon en particulier dont je voudrais vous parler. C’est ce fameux breton du monde. Ce n’est pas le seul breton ici, mais Chris est moitié breton et moitié philippin ! Ses origines bretonnes lui viennent de son papa qui avait exploré une bonne partie du globe avant de rencontrer la maman de Chris, native des Philippines.

Ensemble, la petite famille continue de parcourir le monde et vivra même sur des terres aussi lointaines que les Philippines ou le Nigeria par exemple. Chris n’a jamais vécu en Bretagne et la connaît surtout grâce aux histoires de son père et de sa grand-mère.

Finalement, en ayant passé aussi peu de temps en Bretagne, qu’est ce qui fait de Chris un breton qui mérite ce titre ?

Le voyage dans les veines

Premièrement Chris, comme tous les bretons du monde est un grand voyageur. Il est né en France, en banlieue parisienne, d’un père breton qui a migré de Bretagne suite à l’exode rural d’après guerre. Et en bon vrai breton, il crapahutera ensuite sur de nombreux sentiers du monde.

L’Afrique, l’Asie, l’Amérique, etc… Pour enfin décider de venir s’installer ici, aux Philippines, il y a 5 ans de cela. Le voyage, ça fait partie de l’ADN breton, et Chris n’est certainement pas une exception.

Un moussaillon qui ressemble à l’Océan

Chris est toujours d’humeur égale et avec un calme exemplaire. En mer ou sur terre, on peut être sûr qu’avec lui tout se passera bien dans n’importe quelle situation. Il a autant d’énergie et de constance que l’Océan, autant de souplesse que les flots. Terre à terre pourtant, il rassure et sait rester calme même si les choses se corsent. Aussi certain que les allers et venues des marées, il ne panique jamais et gère la complication avec autant de sérénité qu’un spot glassy.

On a beau être au milieu de nulle part, épuisés après notre session de surf, perdus dans l’Océan avec une ancre coincée dans le reef, il prend la situation en main. Apnéïste également, il descend donc à des dizaines de mètres, impassible, pour nous sortir de là. Mais il faut se méfier de l’eau qui dort car derrière ses airs calmes et posés, il regorge d’une énergie abyssale.

L’exploration comme philosophie

À bord de son zodiac, de sa bangka ou même de son pick up, nous partons surfer aux Philippines, tous ensemble, entre copains explorateurs. On va là où, seuls, on pourra combiner surf, chill, nature. Et devinez qui est presque tout le temps l’instigateur et le capitaine de ces expéditions ? Notre bon mi-breton, mi-filipino bien sûr. Itinéraire en tête, à la recherche du moindre sentier non foulé, de la moindre vague jamais surfée, Chris nous guide.

C’est l’ami qu’il faut avoir ici si vous êtes, comme moi, férus d’aventures et de rencontres avec les locaux.
Dans l’histoire, les bretons sont allés loin dans les terres et sur les mers. Avec sa personnalité et son tempérament, Chris fait honneur dignement et sans le vouloir à ses origines bretonnes.

La nature comme priorité

Chris fait la guerre au plastique et à la pollution. Il consomme local et protège ses terres, sa faune et sa flore. À sa modeste échelle, il mène des combats pour protéger l’environnement et s’engage avec beaucoup d’énergie. Si la Bretagne est autant préservée et sauvage aujourd’hui, n’est-ce pas surtout grâce à tous ces bretons qui la protègent ardemment, avec conscience et passion ?

La générosité comme qualité

Chris est quelqu’un de généreux qui sait partager à la bretonne, c’est à dire, sans compter. Il est l’ami parfait pour vous faire connaître les merveilles et trésors cachés de ses îles aux Philippines. Avec beaucoup d’entrain, toujours ravi de vous montrer les petites chutes d’eau secrètes ou le spot de surf uniquement connu des locaux.
C’est lui qui m’a fait découvrir la plante médicinale miracle d’ici : le Malunggay (ou feuille de Moringa).

Ici, les Philippins la cuisinent savoureusement à toutes les sauces, soupes, chips, tortilla pour wraps, et j’en passe. C’est encore lui qui m’a emmenée sur cette île sauvage, isolée, reculée et difficile d’accès à laquelle seuls les privilégiés et connaisseurs ont accès.

Nous pouvons toujours compter sur Chris pour prendre en main toute l’organisation de nos minis croisières et escapades entre copains, pour que l’on ne manque de rien. C’est lui qui gère et qui nous déniche tout ce qui est nécessaire pour que l’on puisse délecter nos papilles : comme les mets et fruits locaux délicieux, ou encore le poisson le plus frais possible.

D’ailleurs le partage, il en a fait une activité à part entière. Il est le co-fondateur du magazine communautaire-surf-pro-environnement local de l’île, Be Siargao que tout le monde adore feuilleter ici devant sa noix de coco juteuse ou en mangeant son kinilaw (recette locale du ceviche, fait avec la pêche locale bien sûr, du vinaigre de coco et du lait de coco).

Le côté chauvin pour confirmer

La première fois que j’ai vu un drapeau breton ici, c’est sur sa bangka. Comme n’importe quel breton, il est fier de l’être. Il le montre, en parle et l’affiche clairement. Après tout ça, avons-nous besoin de remettre en question ses origines bretonnes ? Finalement, Chris est autant breton que ceux qui ont vécu en Bretagne toute leur vie.

Quand nous partons surfer aux Philippines, l’aventure est omniprésente. Ce que j’ai trouvé superbe dans cette rencontre : c’est que la Bretagne continue de rayonner jusqu’ici. Même à des milliers de kilomètres de la Pointe de Trévignon, à des dizaines de fuseaux horaires du sable blanc de Quiberon, et à des heures d’avion de Saint-Malo. La Bretagne, c’est bien sûr la beauté de ses terres qui saute aux yeux de n’importe quelle personne sensible à la nature. Mais c’est aussi, et pour moi, surtout la richesse de sa population qui rend ce petit bout de terre aussi charmant, pittoresque et exceptionnel.

J’espère que vous aimez mes récits de l’autre bout du monde, les histoires de mes rencontres avec tous ces bretons du monde. Si vous en voulez plus, venez avec moi faire la fête au Brésil en plein carnaval de Rio de Janeiro : je vous présenterai Léo, une artiste pétillante et pleine de surprise. Un grand merci à Vincent Castelo pour ses belles photos. Pour plus de Siargao, de surf ou d’exploration avec mon regard, c’est sur Instagram @jli_khm.

À propos de Julie

Sac à dos toujours sur le dos et avec des dizaines de ports d’attache dans le cœur, Julie est une voyageuse insatiable. Mi-femme, mi-poisson, elle est passionnée des sports nautiques et suit les vagues à la recherche de son prochain pied-à-mer. Amoureuse de la Bretagne elle nous raconte comment elle la retrouve durant ses voyages, même à l’autre bout du monde.