Logo Port d'Attache Le magazine qui vous donne une autre idée de la Bretagne

Le média qui vous donne une autre idée de la Bretagne

  • Rechercher
  • Menu

Les 10 punchlines du Capitaine Haddock à connaître sur le bout des doigts

Écrit par
23 Jan. 17

Archibald de son prénom, le Capitaine Haddock est un des protagonistes des Aventures de Tintin, imaginées par le dessinateur belge Hergé, mais aussi et surtout ami fidèle (au même titre que Milou, oui oui) du jeune reporter.
Si notre héros à col roulé bleu orné d’une ancre de marine est célèbre pour son charisme à nul autre pareil, il l’est davantage de par ses colères gargantuesques depuis sa première apparition au sein de la BD, en 1941, dans l’album du Crabe aux Pinces d’Or.

Le Capitaine Haddock, vous connaissez ?

Notre navigateur alcoolique ayant une tendance plus que prononcée à perdre son sang-froid quelque soit la situation, nous avons eu envie de vous faire une liste aux petits oignons des punchlines du Capitaine, des plus usitées – allez, on parie que vous en maîtrisez au moins deux ou trois sur le bout des doigts – aux plus farfelues.
Et on vous met même au défi de les ressortir lors de votre prochaine dispute…

« Bachi-bouzouk ! »

Croyez-le ou non, à l’origine, rien de très méchant dans ce juron du Capitaine Haddock. En effet, ce terme issu du turc était employé pour qualifier les cavaliers mercenaires de l’armée de l’Empire Ottoman. Plutôt « valorisant » (dans une certaine mesure, néanmoins, étant donné le destin des vrais bashi-bouzouk albanais) pour une insulte, non ? Haddock l’utilisera en guise de mise en bouche dès sa première apparition, dans le Crabe aux Pinces d’Or donc.

« Tonnerre de Brest ! »

Quid des clichés, la météo n’est pas forcément toujours clémente en rade de Brest, nous vous l’accordons. Surtout prononcée alors qu’Archie est agacé, cette punchline sera une des plus hurlées depuis l’épisode de l’Etoile Mystérieuse en 1942 jusqu’aux aventures de Tintin et les Picaros, en 1976.

« Mille Milliard de Mille Sabords ! »

Probablement la plus déclinée par le Capitaine Haddock, cette phrase agit tel un thermomètre qui permet, selon sa longueur et le nombre de « sabords » dégainés, de jauger le degré d’énervement du trublion. On vous le donne en… mille ? Il existe environ 15 variantes de l’expression, souvent combinée à la précédente, depuis le Vol 714 pour Sydney, paru en 1968. Et pour la petite histoire, le « sabord » susnommé désigne, en architecture navale, l’ouverture dans le flanc d’un navire permettant de passer les canons… et peut-être votre future issue de secours à bord du navire de Barbe-Noire ?

« Moule à Gaufres ! »

L’auteure de cet article doit vous avouer qu’il s’agit d’une de ses favorites… parce que probablement la plus inattendue. Le Capitaine Haddock s’en sert ainsi aux côtés de son ancêtre, Rackham le Rouge, en 1943. Petite suggestion un peu plus piquante suggérée par le marin béliqueux : « Bougre de phénomène de moule à gaufres de tonnerre de Brest ». Même pas mal.

« Nyctalope ! »

S’il vous vient l’envie de donner l’impression à quelqu’un que vous l’agressez verbalement, essayez, c’est plutôt efficace. En plus vous aurez l’air intelligent lorsque vous expliquerez le plus calmement du monde que vous avez seulement indiqué à votre interlocuteur qu’il semblait seulement posséder une… excellente vision nocturne. Néanmoins, la notion de calme ne faisant pas vraiment partie du vocabulaire de notre Capitaine, celui-ci l’emploiera à plusieurs reprises dans de nombreux épisodes, des Sept Boules de Cristal, publié en 1948, à son séjour en Asie avec Tintin au Tibet douze ans plus tard.

Vous trouvez l’exercice trop simple ? Et si nous passions aux choses sérieuses…

« Bougre de crème d’emplâtre à la graisse de hérisson ! »

Alors, on fait moins les malins hein ? Et autant vous dire qu’Haddock maîtrise plutôt bien les insultes à base de matière grasse : De « faux jeton à la sauce tartare » (L’Affaire Tournesol, 1956), à « espèce de loup-garou à la graisse de renoncule de mille sabords » (Tintin au Tibet) en passant par le « simili-martien à la graisse de cabestan » issu une nouvelle fois du Vol 714 pour Sydney, au cas où vous n’auriez pas encore compris qu’il ne vaut mieux pas le chercher, le capitaine, voici quelques menaces plutôt efficaces.

« Anacoluthe ! »

Quoi de plus distingué qu’un juron qui fait une nouvelle fois appel à votre culture générale, qui plus est lorsqu’il s’agit d’un mot issu du grec ancien utilisé dans l’art de l’écriture ? Ici, Archibald annonce la couleur : du Pays de l’Or Noir en 1950 à Objectif Lune en 1953, vous êtes une figure de style. Eh oui.

« Olibrius ! »

Si vous avez quelque souvenir de vos cours de latin, vous avez peut-être déjà entendu parler d’Olybrius. Ce surnom donné à plusieurs empereurs romains aurait pu sonner plutôt agréablement, comme Augustus. Seulement, il n’en est rien, étant donné la capacité des différents gouverneurs des Gaulles ayant possédé ce titre, à avoir été à la fois tyrans et réduits à un règne ridicule. Haddock en fera notamment mention dans l’album Le Temple du Soleil (1949).

« Mitrailleur à Bavette ! »

La bavette est à la fois une pièce de viande, l’équivalent d’un bavoir et le repli du cou d’une oie. Le mitrailleur fait référence à une arme à feu. Nous vous laissons choisir quelle représentation vous semble la plus appropriée, mais rappelez-vous qu’à l’origine, il n’émane rien de sympathique à encaisser cette remarque de la part d’un vieux loup de mer aigri (Coke en Stock, 1958).

« Patagon de Zoulou ! »

Sachez que plusieurs jurons du Capitaine Haddock ont été supprimés et remplacés, car ils n’étaient pas estimés politiquement corrects. Le terme « Zoulou » désigne un peuple d’Afrique, et « Patagon » fait référence à la région de prédilection de notre Florent Pagny national, la Patagonie, en Argentine. Haddock n’ayant pas pour passion le lyrisme, Bianca Castafiore en étant la preuve, serait-ce là une énième preuve du penchant un peu raciste de notre hipster des océans ? Quoi qu’il en soit, même si vous retenez cette punchline, nous vous conseillons de ne pas en abuser si vous n’évoluez pas dans la Tintin-sphère.

C’est bon, vous êtes rodés ? Prêts à en découdre lors d’une joute verbale entre fans d’Archibald ? Alors avant de remonter vos manches et d’en mettre plein les mirettes à vos marchands de guano d’adversaires, un dernier conseil : révisez votre alphabet breton, histoire de vous assurer la défaite de ces ectoplasmes de bateau-lavoir…

Vesper

Exploratrice polyglotte passionnée d’aventures et captivée par la mer, toujours en quête de nouveaux paysages, appareil photo à la main,
boussole viking tatouée dans le dos (pour le côté pratique, bien-sûr), servie sans citron mais avec des glaçons.

Partager sur Facebook

Le meilleur de la Culture bretonne