Menu
Breizh Style
11 mai 2016

Trocadero-fixie : plus de sensations que sur un vélo ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

En Bretagne lorsque l’on parle des sports et des sensations fortes on pense d’abord à des disciplines récentes et qualifiées de sports extrêmes, comme le kitesurf. Pourtant, c’est à un sport bien plus commun auquel se sont attaqués nos trois jeunes rennais : le vélo !

La Bretagne une terre de cyclisme

Avant d’être terre de foot, la Bretagne est une terre de vélo. Pour en être convaincu, aventurez vous dans le centre Bretagne par un beau dimanche ensoleillé. Votre chemin croisera des pelotons entiers de cyclistes moulés dans leurs combinaisons aérodynamiques. Plutôt composés de coureurs aguerris (pour ne pas dire âgés) ceux-ci avalent les kilomètres durant des heures.

Les plus jeunes aussi sont bien représentés sur les routes avec une fréquentation des clubs cyclistes en hausse sur les dernières années. Faisant ainsi de la Bretagne la première région en termes d’infrastructures cyclistes.

Malgré un succès indéniable auprès des « vrais coureurs », le vélo est pour beaucoup un simple moyen de transport.

Le jour où le vélo permit d’avoir des sensations de glisse

La discipline n’avait pas connu de changements majeurs depuis les années 1800. L’initiative de dépoussiérer cette pratique nous vient de trois jeunes bretons en quête de sensations fortes et cette fois en ville.

Johan, Alexis et Alban ont décidé de désaxer le « bi-cycle ». Pas d’inquiétude, leur vélo est toujours composé de deux roues, un guidon et un pédalier. La différence se fait au niveau du cadre, celui-ci est coupé en deux et articulé, ce qui donne une impression que le cycliste glisse.

Bretonnerie : le cycliste Bernard Hinault alias le Blaireau

Bretonnerie : le cycliste Bernard Hinault alias le Blaireau

À la manière d’un skateur dans une descente pentue ou d’un snowboarder sur une piste enneigée, le « Trocadero-biker » effectue des courbes sur sa trajectoire.

Prenant parfois la posture d’un coureur de Moto GP dans un virage.

Qui aurait cru que l’on pouvait rassembler les sensations d’autant de disciplines sur un vélo ?

Et qui plus est, celui-ci est utilisable en ville. Comme ses concepteurs, vous pourrez vous rendre à votre travail en Trocadero. Pour les plus fébriles, l’engin peut se verrouiller et redevenir la bicyclette de votre enfance.

Trocadero-fixie, nous on enfourche !

Un renouveau dans une discipline connue de tous que nous ne tarderons pas à tester.

Actuellement en phase de prototype, nos trois entrepreneurs font le buzz avant de passer à la phase de commercialisation. Il faudra donc être un petit peu patient pour posséder son propre Trocadero-fixie.

Chez Trocadero-Fixie nous voulions quelque chose qui représente la France et Trocadero est un lieu français, emblématique des sports comme le skate et le roller. Le fixie à la base est un pignon fixe, plus compliqué à faire et donc plus dangereux pour les gens qui débutent. Nous avons donc décidé de le modifier en mode singlespeed, en conservant ce nom de fixie pour la communication. C’est un vélo desarticulé, fun, amusant pour se balader en ville. C’est hors du commun !

Alors les gars, elle est ou la campagne de crowdfunding ? On veut participer !

Pour plus de sport en BZH : session d’escalade sauvage en Bretagne

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Hugo

Un rêveur aux yeux impassibles et fixés sur l'horizon, mais dont les pieds sont bien ancrés sur terre. La Bretagne coule depuis toujours dans ses veines, lui qui est issu d’une famille de l’océan : petit fils de marin et arrière petit-fils de gardien de phares.